Hommage à Athènes de la Vallée des Sortilèges

Athènes de la Vallée des Sortilèges (29 décembre 2005 - 26 mars 2020)

C'était quelques jours après le nouvel an 2006. Une voix féminine un peu timide nous demandait par téléphone si nous avions des chiots…
Les bébés de Tess et d'Ouragan venaient de naître… Nous avons entamé la discussion pour faire connaissance.
La voix nous expliqua que sa famille avait été terrassée par le chagrin, à la perte de leur chienne Groenendael Djogaï, survenue un an plus tôt.
Sa recherche n'était qu'informative. Effectivement, son époux et leur fille ne souhaitaient pas adopter de Groenendael, la comparaison aurait
été trop douloureuse.
Aussi, en recherchant par nostalgie des photos sur le net, avait-elle découvert notre site. Il lui avait semblé qu'elle pouvait évoquer avec nous,
son amour immodéré pour Djogaï, ce que nous fîmes longuement.
Nous avons parlé des chiots et indiqué qu'il avait un petit Tervueren dans la portée.
Devant sa surprise et son intérêt, nous avons parlé génétique…
Elle nous indiqua vouloir réfléchir et discuter avec son mari et leur fille.
Le lendemain, le voix nous apprit que le conseil familial s'était réuni et que, si le chiot blond était disponible, il était adopté.
C'est ainsi qu'est née une amitié très forte et au combien précieuse entre Claire, Christophe, Camille et nous.
Cette profonde amitié s'est confirmée tout au long de ces années.
Aussi, c'est avec une immense tristesse que nous avons appris ce matin de départ définitif d'Athènes.
C'était un formidable compagnon au caractère fort et très attachant. D'une intelligence hors norme, ce grand mâle sable avait une capacité d'adaptation exceptionnelle.
Ainsi, a-t-il de lui même appris à trier les chaussettes pour les déposer dans la machine à laver, à rapporter le  seau rempli des légumes du jardin et le courrier déposé
par le facteur, à voler subrepticement les avocats rapportés du marché et dont il raffolait. Il fouillait discrètement dans le cabas, puis s'en allait au jardin dévorer joyeusement
son butin. Mais ce dont il raffolait le plus, c'était le travail à la manchette. Doté d'une puissante mâchoire, il mordait avec délice la toile à pleine gueule.
Toutes ces anecdotes nous étaient rapportées à chaque nouveauté.
Compagnon de travail de Claire pour qui il vouait une véritable admiration dans une relation  fusionnelle et intense , Athènes passait ses journées au bureau jusqu'à ce
que ses douleurs le lui interdisent. Il y a quelques jours encore, Christophe nous envoyait des photos d'Athènes étendu de tout son long pour se chauffer au soleil printanier…
Depuis toujours, et encore aujourd'hui, nous estimons que le visage d'Athènes était certainement le plus beau de tous les «Vallée des Sortilèges».
Très classique et sans lourdeur, ses lignes de tête était très équilibrées et harmonieuses.
Nous prenions un grand plaisir à l'admirer à chaque fois que nous le voyions.

A vous nos amis que nous aimons tant, sachez que toutes nos pensées sont tournées vers vous en ces moments très sombres et douloureux…
Calypso et Owen doivent aussi être bien éperdus sans leur frère...


Copyright (C) . Tous droits réservés.